La fille du train – Paula Hawkins

La fille du train fut un phénomène littéraire à sa sortie en 2015, avec plus de 18 millions d’exemplaires vendus. Ce roman marque l’entrée de Paula Hawkins dans l’univers du thriller et lui a permis d’être classée 9ème au palmarès des auteurs les mieux payés.

Trois ans après sa sortie, j’ai enfin décidé de m’y mettre – oui j’ai mis du temps, pour la simple et bonne raison que pour moi, ce n’était nullement nécessaire de le lire tout de suite. J’ai préféré attendre et j’ai finalement assez entendu. Bien sûr, j’avais hâte de le lire et surtout hâte de vous en parler !

La fille du train

Titre : La fille du train

Auteur : Paula Hawkins

Genre : Thriller psychologique

Editions : Sonatine (2015)

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : le 08h04 le matin, le 17h56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants, qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il la trompe, avant qu’il la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Ne jamais se fier aux apparences

S’il y a une leçon que ce roman pourrait illustrer, ce serait sûrement le fameux dicton « les apparences sont souvent trompeuses », et toutes les personnes ayant écrit une revue dessus ont dû faire la même remarque.

Megan et Scott semblaient former un couple parfait. Du moins, c’est ce que pensait Rachel qui les voyait – presque – tous les jours depuis le train, sur leur balcon. Mais cette image se brisa lorsque Rachel aperçut Jess – a.k.a Megan – embrasser un autre homme. Elle se revoit alors quelques années plus tôt, se remémorant la douleur qu’elle a ressenti lorsqu’elle a découvert que son ex-mari, Tom, la trompait. Les choses s’empirent lorsqu’elle apprend que Megan Hipwell a disparu. Cette fois, elle n’a pas pu s’empêcher de se mêler de la vie de ces gens qui étaient importants pour elle et à qui elle a bâti une vie et des personnalités dans sa tête. Elle se rendra compte qu’en réalité, ce couple qu’elle s’imaginait bien connaître n’était pas aussi parfait qu’il en avait l’air. De même pour toutes les personnes qui l’entouraient. Paula Hawkins n’a aucun mal à triturer le cerveau du lecteur en mélangeant mensonge, désespoir, et trahison. Elle remet en cause la confiance dans un couple et démontre qu’aucune relation conjugale n’est parfaite.

Un roman qui prône le Girl Power

La narration se fait en trois points de vue. La quatrième de couverture ne l’annonce pas mais Rachel n’est pas le seul personnage principal dans ce roman. Certains chapitres racontent le passé de Megan, et d’autres relatent l’histoire selon Anna, la nouvelle femme de Tom. Chaque femme a sa personnalité et son passé, mais leurs présents sont, d’une façon ou d’une autre, liés. J’ai personnellement été touchée par la situation de Rachel, incomprise et nageant dans le désespoir. L’idée de se mêler de la vie de Megan et Scott fut, certes, une très mauvaise idée – tendance assez féminine, on ne va pas se mentir –, mais ça lui a permis de se focaliser sur autre chose que son propre malheur. Megan, elle, n’est pas du tout la femme qu’elle devrait être – selon Rachel – et ce qu’on apprendra d’elle va surprendre plus d’un.

« Je ne suis plus juste la fille du train, qui fait ses allers et retours sans raison et sans but. » Rachel

Les femmes ont pris la première place dans ce roman, et ce de très loin. Remarque, il en va apparemment de même pour le deuxième thriller d’Hawkins, Au fond de l’eau, ce qui a fait d’elle, non seulement une pro du thriller, mais également un écrivain féministe.

Un thriller qui tourne plutôt vers le drama

Je sais, beaucoup d’entre vous ne seront peut-être pas d’accord avec mon opinion, mais je trouve que le début – voire les deux tiers du roman – n’est pas aussi frissonnant que ce à quoi on nous prépare. Évidemment, l’intrigue est accrochante, et évidemment, il est quasiment impossible de relâcher le livre à partir du moment où on plonge dans l’univers d’Hawkins. Par ailleurs, ce que j’appellerai « les réels frissons » dignes d’un vrai thriller – et oui, ce n’est pas un amateur qui parle *eye-rolling and smirk* – prennent du temps à se manifester. Toutefois, l’histoire est bien réfléchie et la scène finale m’a beaucoup plu.

Avant de finir, je vais peut-être marquer un dernier point sur le fait que l’adaptation cinématographique n’est franchement pas réussie. Si on n’a pas lu le roman, on a du mal à comprendre l’histoire, surtout entre les changements de points de vue très brusques et les changements temporels.

Bref, La fille du train m’a fait passer une nuit blanche – tant le livre que le film (petit marathon du soir) – et m’a dessiné des cernes sous les yeux le lendemain alors que j’avais pas mal de boulot à faire.

Etoiles 4,5 sur 5

signature

C’est lundi, que lisez-vous ? #6

Ce rendez-vous a été initié par Mallou (qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books) et repris par Galleane. Il consiste à répondre à trois questions chaque lundi :

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment
3. Que vais-je lire ensuite?


CLQLV 1

La fille du train de Paula Hawkins

La fille du train

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : le 08h04 le matin, le 17h56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants, qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il la trompe, avant qu’il la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…


CLQLV 2

Le vrai statut de ma vie de Liz Fenton & Lisa Steinke

Image result for le vrai statut de ma vie liz fenton lisa steinke

« Tellement heureuse ! En direct de Hawaï avec mes meilleurs amis. » A la veille de son mariage, Kate ne peut s’empêcher de partager son bonheur sur les réseaux sociaux. Un bonheur qui hélas tourne court : quelques minutes plus tard, son fiancé la quitte… pour l’une de ses amies ! Désemparée et le cœur brisé, la jeune femme peut heureusement compter sur le soutien sans faille de Julia et Liam, ses deux meilleurs amis, mais aussi sur Facebook qui lui offre l’étonnant pouvoir de remonter le temps pour réécrire son histoire d’amour. Kate saura-t-elle saisir cette seconde chance ? Réussira-t-elle à sauver son couple ? Est-elle réellement en mesure de changer son destin ?


CLQLV 3

Hate List de Jennifer Brown

Hate List

Est-ce qu’un jour, on me pardonnera ? C’est la question qui hante Valérie, alors qu’elle retourne au lycée après le drame de l’an dernier. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu sur des élèves à la cafétéria, visant un à un les élèves de la liste. La liste. Celle qu’ils ont écrite ensemble, au fil de l’année scolaire, y rassemblant tous les élèves les plus odieux, les plus méprisants, les plus détestables. Un simple jeu pour Val, une obsession fatale pour Nick. Nick s’est suicidé, et c’est seule que Valérie doit affronter les regards accusateurs, et les questions qui l’envahissent. Pourquoi n’a-t-elle rien vu venir ? Pourquoi Nick n’at-t-il rien dit ? Est-elle responsable de la mort de ces élèves ?

ligne

Et vous ?

signature

 

Les morsures de l’ombre – Karine Giebel

L’édition 2018 du Festival des Quais du Polar qui se tient chaque année à Lyon m’a permis cette année de faire la connaissance de Karine Giebel, une auteure tout simplement époustouflante.

Je me tenais tranquillement debout dans la queue pour la séance dédicace de Patricia MacDonald quand j’ai entendu deux femmes derrière moi qui parlaient d’une certaine Karine Giebel, celle qu’il ne fallait surtout pas rater. J’ai donc cherché des yeux la queue pour sa séance et en effet, il y avait un monde fou. Comme c’est étrange que je ne la connaisse pas, me disais-je. Voilà pourquoi dès la première occasion, j’ai acheté le premier bouquin signé Giebel qui a su captiver mon attention.

Les morsures de l'ombre

Titre : Les morsures de l’ombre

Auteur : Karine Giebel

Genre : Policier, thriller psychologique, roman noir

Éditions : Fleuve Noir (2007)

Elle est belle, attirante, disponible. Il n’a pas hésité à la suivre pour prendre un verre. A présent il est seul, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement. Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n’est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince…

L‘œuvre d’un écrivain ingénieux et sans pitié

Le commandant Benoît Lorand, un flic de la région Franche-Comté, rentre de Dijon et croise sur sa route une jolie rousse qui semble avoir besoin d’aide. A son réveil, il se trouve enfermé derrière des barreaux sans savoir pourquoi ni comment il en est arrivé là. Tout ce qu’il savait c’est que la femme de l’autre côté de la cage n’était personne d’autre que celle qui a attisé son regard la veille-même, et elle se plaisait à le regarder périr petit à petit. Il va bientôt se rendre compte que ce n’est pas un hasard si leurs chemins se sont croisés, que ce n’est pas un hasard s’il s’est arrêté pour la suivre, sans savoir qu’il se jetait dans la gueule du loup. L’auteure est un vrai génie car elle a su relier toute l’histoire en un seul fil, même si cela semble invraisemblable.  Sa plume est très fluide et la lecture se fait toute seule, très facilement. Dès le début on entre dans l’action, chaque scène est indispensable, et à aucun moment on a envie de prendre une pause.

Des personnages à forte personnalité

Benoît aime sa femme, et malgré son allure de flic robuste, il reste un homme faible. Faible face au sexe opposé. Et celle qui détenait les clés de sa liberté le savait, car c’est ce petit défaut qui a mené notre homme tout droit dans la gorge du diable. Il fait preuve de vaillance car il sait qu’il ne mérite en aucun cas la sentence qui lui est due, malgré ses mensonges et son infidélité. Benoît est un homme fier et on ne peut s’empêcher de tomber sous son charme.

« Avoir froid ou avoir mal, c’est encore être vivant. »

Lydia est sans aucune doute une folle à lier – elle ne risque pas de l’admettre. C’est la première déduction qu’on peut faire. Sa vie se résume à : aller chez le psy, prendre soin d’elle-même, et évidemment, prendre soin de son invité. (Ah j’allais oublier, il y a aussi la partie se parler à elle-même). Lydia n’écoute que cette petite voix qui l’incite à faire souffrir celui qui le mérite – selon elle, je préfère préciser. Mais à partir d’un certain moment, lorsque l’histoire évolue et qu’on en apprend plus sur elle, on commence à ressentir un chouia de compassion et la comprendre.

« Montée si haut, tombée si bas.
Blessée à mort. Mais toujours en vie. »

Djamila a eu l’ordre de mener l’enquête sur la disparition du commandant Lorand – et oui, l’histoire ne se limite pas à ce qui se passe à l’intérieur de cette geôle improvisée – ce qui ne semble pas ravir notre jeune commandant. Ce n’est pas qu’elle n’apprécie pas son collègue, non… C’est beaucoup plus compliqué. En tout cas, son personnage est très attachant – personnellement, c’était mon personnage préféré – et je suis contente qu’elle ait une place, même minime, dans ce roman.

…je peux vous promettre que la fin va vous laisser sans voix

Dans ce roman, Karine Giebel va entraîner le lecteur au fin fond d’un trou à rat en compagnie du personnage principal. Comme lui, vous ne voudriez qu’une seule chose : sortir de là. Et pour ce faire, vous allez devoir dévorer chaque page de ce livre sans en louper un seul mot. Préparez-vous car la nuit va être courte. Une fois commencée, vous ne voudriez plus arrêter, et je peux vous promettre que la fin va vous laisser sans voix.

En bref, une intrigue indénouable et des scènes frigorifiantes qui vous empêcheront de dormir. Un vrai coup de cœur pour ma part.

etoiles-5-sur-5

Les morsures de l'ombre

signature

Throwback Thursday Livresque #5 – Un roman lu l’été dernier

Qui dit jeudi dit Throwback Thursday Livresque !

Aujourd’hui, throwback sur l’été 2017. C’est le thème que Bettie Rose nous propose cette semaine. Pour ma part, l’été est le moment idéal pour lire le maximum de romans possible comme mon emploi du temps est assez libre. De plus, rien de plus agréable que lire sur la plage ou au bord de la piscine, sous les lunettes soleil, une petite boisson fraîche à nos côtés. J’ai donc le choix parmi tout un tas de bouquins dans lesquels j’ai pu plonger tout le long de l’été dernier et vous en ai sélectionné trois :

Drôle de Karma de Sophie Henrionnet

drôle de karma

Joséphine est une trentenaire particulièrement ordinaire en mal de sensations fortes. Son karma finit subitement par lui jouer de curieux tours : en quelques jours elle se rend compte que son petit ami n’est pas celui qu’elle croyait, que ses proches prennent leurs vies en main les uns après les autres et décide alors de faire de même… sans penser une seule seconde que ses choix vont la dépasser totalement !

Lire ma chronique !

 


Le meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie

agatha

Cela fait tout juste un an que le mari de Mrs Ferrars est mort. D’une gastrite aigüe. Enfin, c’est ce qu’il semble. Après tout, les symptômes de l’empoisonnement par l’arsenic sont presque les mêmes… Hier, Mrs Ferrars est morte à son tour. Une trop forte dose de véronal. Suicide ? Allons donc ! Elle était encore jeune et très riche… Et puis, aujourd’hui, Mr Ackroyd a été assassiné. Cette fois, le doute n’est pas permis. Mais pourquoi ? Bien sûr, Mrs Ferrars et Mr Ackroyd paraissaient fort bien s’entendre. Surtout depuis la mort du mari. Mais de là à dire… Non, ce n’est pas possible… En tout cas, ce n’est pas si simple…

Lire ma chronique !


Follow Me Back, Tome 1 d’A.V. Geiger

follow-me-back,-tome-1-930368-264-432

Agoraphobe, Tessa Hart ne parle à presque personne au quotidien. Exception faite des réseaux sociaux, où elle nourrit sa passion pour Eric Thorn, le prodigue pop rock de sa génération. Prenez-la pour une folle si vous voulez, mais il est le seul qui semble la comprendre. Alors même qu’ils ne se sont jamais rencontrés. Pris au piège entre son contrat et des fans envahissant au point de lui faire craindre pour sa vie, Eric se crée un faux compte Twitter pour troller l’un de ces plus gros followers @Tessa♥Eric. Au lieu de cela, la relation qu’ils tissent sur twitter dépasse vite tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Et lorsque les deux se donnent rendez-vous dans la vraie vie, ce qui aurait pu être la plus belle rencontre de tous les temps, vire au pire cauchemar…

Lire ma chronique !

Bonne journée!

signature

Tornade – Jennifer Brown

Jennifer Brown est surtout connue pour son premier roman Hate List sorti en 2009, et qui a reçu plusieurs prix. Elle nous dévoile ici son deuxième roman, Tornade, de son titre original Torn Away, qui a su ravir ses lecteurs.

Tornade

Titre : Tornade

Auteur : Jennifer Brown

Genre : Littérature jeunesse

Éditions : Albin Michel (2015)

C’est un jour comme un autre pour Jersey. Sa mère et sa fantasque petite soeur Marine partent pour le cours de danse. Encore à elle la corvée de préparer le dîner. Quand sa vie bascule en quelques secondes : une tornade d’une violence exceptionnelle dévaste tout sur son passage, les maisons, les arbres, les routes, les gens. C’est une vision de cauchemar, des voisins blessés et traumatisés errent dans la rue jonchée de gravats et de débris. Réfugiée au sous-sol, Jersey a beau appeler et appeler encore sur le portable de sa mère, impossible de la joindre…

Quand catastrophe naturelle rime avec choc émotionnel

Jersey est une adolescente comme les autres. Elle fréquente le lycée d’Elizabeth avec son trio de meilleures copines – typique des romans pour ados –, et n’a malheureusement pas pu connaître une grande partie des membres de sa famille, notamment son père et ses grands-parents. Elle vit avec sa mère et sa demi-sœur Marine – non, c’est ma petite sœur ne cessera-t-elle de vous répéter – ainsi que son beau-père, Ronnie. Un beau jour, en rentrant du lycée et après avoir volontairement ignoré sa petite sœur lorsqu’elle voulut lui apprendre le fameux Swing de la Côte Est, l’alarme à tornade résonna dans la ville et en un rien de temps, Jersey passe de grande sœur inattentive à victime de l’injustice de la vie. Elle se retrouve abandonnée par tout ce qu’elle avait de plus cher et se voit expulsée dans une famille qui ne semble pas être enchantée par sa présence. Il est impossible de ne pas compatir à son affliction, ce qui rend la lecture remplie de tout un tas d’émotions – même de la haine par moments.

« J’avais fait de mon chagrin un objet qui n’appartenait qu’à moi. Un objet presque que physique, affreux, que j’emportais partout au fond de moi. »

Jennifer Brown n’a pas hésité à entrer dans les clichés

Il est grand temps pour Jersey de rencontrer enfin son père et sa famille paternelle qui l’accueille sans grand plaisir. En ce qui concerne les Cameron, la famille paternelle de Jersey, Jennifer Brown n’y est pas allée par quatre chemins. Elle a caricaturé la monstrueuse famille qui n’a aucune considération envers la nouvelle venue : des grands-parents mesquins, un père soûlard, une belle-mère sans cœur et des belles-sœurs ingrates (cf. Cendrillon). Bref, un grand manque de réalisme selon moi.

Une belle illustration de ce qu’est réellement l’amour

Je vous avoue franchement qu’en commençant le livre je m’attendais à être ennuyée, surtout lorsque le récit décrivait les mini aventures de Jersey dans la ville dévastée, quand elle rencontrait des passants tout aussi bouleversés qu’elle ou encore lorsqu’elle voyait ce qui restait du paysage qu’elle connaissait pourtant si bien. Comme je n’avais pas lu le résumé du livre, je pensais que l’histoire allait se résumer à je m’abrite dans une cave et je fais comme je peux pour survivre – même si en réalité Jersey n’en fait surtout qu’à sa tête. Mais ce n’est pas une dystopie, le but de l’auteur n’est pas de nous montrer comment Jersey survit-elle dans un environnement saccagé par une catastrophe naturelle, mais plutôt comment Jersey survit-elle sans plus personne pour l’épauler et lui donner son amour. Il est vrai que le roman ne m’a pas beaucoup surpris ni épaté ; par ailleurs j’ai été profondément touchée par le sens de l’amour illustré par l’auteure à travers l’histoire. Ce n’est pas cet amour qu’on voit souvent dans les romans pour ados, c’est un amour beaucoup plus poignant, et surtout impérissable.

« La famille n’était pas liée par le sang, mais par les sentiments et le cœur. »

Une lecture émouvante qui nous rappelle que tout peut arriver d’un moment à l’autre. A nous de faire en sorte que les « il est maintenant trop tard » et les « j’aurais dû » ne nous rattraperont pas plus tard.

Ma note : Etoiles 3 sur 5

Acheter le livre sur Amazon !

signature

 

C’est lundi, que lisez-vous ? #5

Ce rendez-vous a été initié par Mallou (qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books) et repris par Galleane. Il consiste à répondre à trois questions chaque lundi :

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment
3. Que vais-je lire ensuite?


Cet article va donc se concentrer un seul et unique livre car c’est celui que j’ai lu la semaine passée, et toujours celui que je suis en train de lire en ce moment. En ce qui concerne ce que je lirai ensuite, je n’ai pas encore d’idée précise étant donné que le livre en question n’est sans doute pas encore entre mes mains.

Tornade de Jennifer Brown

Tornade

C’est un jour comme un autre pour Jersey. Sa mère et sa fantasque petite soeur Marine partent pour le cours de danse. Encore à elle la corvée de préparer le dîner. Quand sa vie bascule en quelques secondes : une tornade d’une violence exceptionnelle dévaste tout sur son passage, les maisons, les arbres, les routes, les gens. C’est une vision de cauchemar, des voisins blessés et traumatisés errent dans la rue jonchée de gravats et de débris. Réfugiée au sous-sol, Jersey a beau appeler et appeler encore sur le portable de sa mère, impossible de la joindre…


Bonne semaine de lecture !

signature